Les femmes en action !

Mis en ligne le 07/02/18

L'événement se déroule le 08/03/18


Les femmes en action !

Le 8 mars, la Journée internationale des femmes est célébrée dans de nombreux pays à travers le monde. C'est un jour où les femmes sont reconnues pour leurs réalisations, sans égard aux divisions, qu'elles soient nationales, ethniques, linguistiques, culturelles, économiques ou politiques. Cette journée est l’occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées et surtout, de préparer l'avenir et les opportunités qui attendent les futures générations de femmes.

Cette année, nous célébrerons le centenaire de la victoire des suffragettes au Royaume-Uni. Leur lutte a mené à l’ouverture progressive du droit de vote aux femmes, à partir de 1918. C’est l’occasion de nous souvenir que des droits qui, aujourd’hui, semblent évidents ont dû être arrachés au patriarcat au terme de luttes longues et difficiles. Cela doit nous encourager à poursuivre le combat contre le sexisme et pour les droits de femmes.

En 2018, la journée du 8 mars sera également marquée par le succès des hashtags #balancetonporc et #Metoo. Ils témoignent de l’ampleur et de la gravité du sexisme toujours présent dans la société. Beaucoup de femmes ont aujourd’hui brisé le silence pour dénoncer le harcèlement et les violences à leur encontre, ce qui a poussé des hommes aux positions professionnelles élevées à la démission dans le secteur culturel, académique et politique. Il ne s’agit pas seulement d’une révolte contre les abus sexuels, mais également contre le sexisme institutionnalisé dans les relations hiérarchiques du monde professionnel. La précarité des emplois et les bas salaires rendent les dénonciations d’abus sur le lieu de travail plus difficiles, et rendent les femmes plus dépendantes financièrement de leur conjoint, en minant leur possibilité d’échapper à une situation de violence domestique. Les coupes budgétaires sur les allocations sociales et la limitation des droits sociaux renforcent encore cette tendance. La Commission femmes de la CGSP Bruxelles rappelle que l’arrêt des violences sexistes passe par l’indépendance économique des femmes.

La précarisation s’approfondit également parmi les étudiants, et cela dans un contexte de pénuries généralisées et de coupes budgétaires à tous les niveaux. Les nombreuses années de sous-financement de l’enseignement et l’augmentation du coût de la vie due aux politiques néolibérales poussent les étudiantes à se prostituer pour financer leurs études. La "libération sexuelle" acquise dans les années 60 et 70 a été détournée. Aujourd’hui, la réification et la marchandisation du corps des femmes banalisent et minimalisent les violences qu’elles subissent. La lutte contre le sexisme passe par la défense d’un enseignement gratuit et de qualité, par la fin de la précarité et de la marchandisation du corps des femmes.

Les comportements sexistes ne sont pas non plus spécifiques à une culture particulière. Opposons-nous aux tentatives de l’extrême droite, des médias ou du gouvernement de pointer du doigt les immigrés comme responsables du sexisme. Le racisme n’est pas une réponse. Ce sont les politiques d’austérité qui précarisent les femmes et qui constituent un terreau pour les violences à leurs encontre. Pire, les migrantes, encore plus lorsqu’elles sont sans-papiers, n’ont aucune forme de protection sociale. La montée au pouvoir de partis conservateurs et rétrogrades dans plusieurs pays met en danger les droits les plus fondamentaux des femmes et des LGBTQI+ et menace de nous faire reculer de plusieurs décennies. Le sexisme est un problème de toute la société auquel il faut répondre collectivement.

Une réelle émancipation est impossible dans un contexte d’inégalité et de précarité croissantes. Pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, il est crucial de descendre toutes et tous ensemble dans la rue pour dénoncer le sexisme et la précarité, pour exiger des solutions sociales et collectives contre toutes les politiques qui rendent les femmes plus vulnérables aux violences physiques, psychiques et économiques.

Ce 8 mars 2018, la Commission femmes de la CGSP Bruxelles vous invite à la rejoindre à l'action de la Marche Mondiale des Femmes, à 17h30, à la Gare centrale de Bruxelles.


Nos brèves

  • A quel monde du travail doit-on préparer les futurs diplômés?

    Consciente des nombreuses évolutions du monde qui l'entoure, l'ULB travaille à l'élaboration d'un nouveau Plan stratégique à l'horizon 2030.

    > voir plus
  • Baromètre socio-économique 2017

    Les diverses mesures prises ces dernières années ont affaibli notre système de protection sociale. Le contrat social a été rompu et les conséquences néfastes des politiques de droite deviennent de plus en plus claires.

    > voir plus

Agenda

  • 16/05/2018 Manifestation en front commun pour des pensions décentes

    > voir plus
  • 04/05/2018 Permanences fiscales 2018

    Nous aidons les affiliés à remplir leur déclaration

    > voir plus

CGSP Bruxelles © 2018